Cascades en cascades

Cascades à volonté…

Cascade de Reykjafoss

Cascade de Reykjafoss

Les cascades (« foss ») d’Islande sont partout et de toutes formes : en rideau, larges et trapues, haute et fines, en draperies ou en boules…et un fleuve même insignifiant au départ produit des chutes superbes dans le relief tourmenté de l’île. Les plus connues sont au bord de la RN1 qui fait le tour de l’île ; c’est à  se demander presque si la route n’a pas été tracée exprès…

Au centre :

Au cours de notre périple nous retrouvé à Thinkvellir la très belle Oxarafoss dans son écrin de roches noires ; on dit que la rivière Oxara a été détournée lors de la création du parlement de Thinkvellir pour alimenter les assemblées du parlement. A proximité les chutes de Gullfoss forment le 3e sommet du « triangle d’or » des sites à proximité de Reykjavik ; en hiver beaucoup moins de monde, mais le sentier en descente est une vraie patinoire…mais le spectacle des concrétions de glace comme celle d’une grotte est saisissant ! Plus loin le long de la piste F35 en allant vers le refuge de Kerlingarfjöll, la cascade de Gygjarfoss est au pied de la piste.

Lorsqu’on se dirige par les pistes vers l’Askja on franchit en amont la Jokulsa a Fjollum (« la Rivière glaciaire des Montagnes ») qui alimente Dettifoss et parait bien alors modeste, avec quelques petites cascades visibles depuis les ponts. Evidemment plus on se rapproche du glacier, moins les rivières ont d’eau et moins les cascades sont impressionnantes ; mais même au bout du monde, tout au fond de la gorge sombre de Drekkagil, une petite cascade dégringole et alimente en eau le refuge. Lors du passage sur la F35 Sprengisandur, à son extrémité nord se trouve la très belle et peu courue cascade d’Aldeyjarfoss qui se précipite en deux jets puissants dans un bassin entouré  d’écrin d’orgue basaltiques noires.

Plus loin au sud sur la route du Landmannalaugar , à un pas de la piste F208 sur une des rivière alimentant le lac Hrauneyjalon, la cascade de Sigoldufoss est méconnue et mérite le coup d’œil, surtout le bleu de l’eau qui s’écoule au pied de la cascade vers le lac.

Au nord

Vers Varmalid un peu à l’écart de la route 754 les chutes de Reykjafoss s’étalent en éventails multiples pour qui veut les chercher un peu… Entre Akureyri et Myvatn on ne peut pas manquer Godafoss, site emblématique et touristique, avec ses chutes en fer à cheval et la brume qui s’en élève ; par contre on fait pas très attention mais les modestes chutes de Geitafoss en amont sont visibles depuis la passerelle piéton sur le fleuve. Dettifoss est un autre monument très visité même si moins accessible, parmi les chutes les plus puissantes d’Europe avec 100m de large et 44m de haut elles débitent près de 200M3/heure ! On les voit de loin avec le nuage de brume qui s’en élève, pluie ou pas, on est bien mouillé avec les courants d’air ! A 10 mn de là en amont par un sentier qui longe le cours d’eau on atteint Selfoss, plus modeste, aux jets multiples qui tombent dans le canyon ; ne faites pas de même : la fin du parcours nécessite de l’attention !

Au Sud :

Parfois il faut emprunter des pistes sans fin en 4×4 et encore marcher quelques kilomètres à pied par des sentiers pour les découvrir comme Ofaerufoss au fond de l’Eldgja, qu’on découvre progressivement avec ses deux ressauts, puis ses multiples détails a ses pieds. au long de la piste F208 vers le sud il suffit d’un peu de marche derrière le camping à Holaskjol pour trouver la cascade qui chute du plateau dans un canyon ; en fait on l’entend -et sent la brume- avant de la voir !

Visibles de la RN1 le long de la côte sud, les plus connues et visitées par les touristes : Seljalandfoss, où l’on peut passer derrière grâce à un sentier ; Skogafoss et sa légende d’un coffre  au trésor jeté dedans. Près de Kirkju, Systrafoss, la cascade des soeurs et la discrète Foss a Sidu très haute et très fine.

Mais il y en beaucoup d’autres qui demandent plus ou moins d’effort pour les atteindre comme la méconnue Gljufrabrui au fond d’un canyon, à deux pas de Seljalandfoss, qui nécessite de se mouiller les pieds, mais on découvre après la chute d’eau dans une grotte, une ambiance mystérieuse et humide ; il parait même qu’une scène de Game of Thrones y a été tournée ! Sur la piste du Laki les chutes de Fagrifoss sont indiquées à un jet de pierre de la piste, avec un belvédère qui surplombe la gorge : effets et solitude garantis…

Au milieu du parc de Skaftafell la chute de Svartifoss est vantée comme l’une des plus belles…c’est Aldeyjarfoss en miniature avec pas mal de monde même s’il faut randonner, il y a moins de touristes qu’aux autres « monuments » mais elle reste décevante quand on vu le reste ! Un autre joyau par contre au site du canyon de Gjain, près de la ferme viking de Stong, un oasis, écrin de verdure, au milieu des plateaux arides de lave avec des cascades modestes mais très belles par leur finesse.

Dans tous les cas la magie est là : il n’y a pas deux cascades identiques par la forme, ou le cadre ou même à deux moments différents. Pour avoir vu l’Islande plusieurs fois, on revoit les mêmes cataractes à des saisons différentes : voir Gullfoss en été et sous les glaces l’hiver est incroyable ! Il y en des centaines et on en découvre encore, si bien que Glymur qui tenait le record de hauteur avec 190m a été détronée récemment par Morsarfoss et 227m environ car le pied de la chute se perd dans la neige…

Suivez le guide pour la Galerie photo des cascades…

This entry was posted in cascades, eaux, islande and tagged , , , , , , , , , , , , , , .